fbpx Notice scientifique | C-will

Dénomination

C-will 500 mg, gélules à libération prolongée (Acide ascorbique)

Titulaire de l’autorisation de mise sul le marché

Will-Pharma | Rue du Manil 80 | 1301 Wavre

Numéro de l’autorisation de mise sul le marché

BE219055

Composition

Gélules à libération prolongée à 500 mg : Acide ascorbique. 500 mg – Sphères de sucre – Gomme laque – Acide tartrique – Talc – Eau purifiée – Ethanol à 96% pour cent – Jaune de quinoléine – Titane dioxyde – Gélatine, pour une capsule.

Formes, voies d'administration et conditionnements

Administration orale :
Gélules à libération prolongée à 500 mg : étuis de 20, 30, 60 en 90 gélules.

Propriétés pharmacologiques

L'acide ascorbique est une vitamine importante hydrosoluble et anti-oxydante. Dû au fait que la capacité de stockage pour la vitamine C dans le corps est limitée, une prise régulière de doses suffisantes de vitamine C est nécessaire pour l'homme. L'acide ascorbique et son métabolite, l'acide déhydroascorbique, forment un système oxydoréducteur réversible qui participe à de nombreuses réactions enzymatiques et qui constitue la base du spectre d'action de la vitamine C.

L'acide ascorbique agit comme co-facteur dans beaucoup de réactions d'hydroxylation et d'amidation en transférant des électrons aux enzymes qui fournissent des équivalents de réduction. L'importance de l'acide ascorbique pour l'organisme humain transparaît le mieux lors de scorbut, carence en vitamine C manifeste sur le plan clinique. L'acide ascorbique a une fonction clé dans la formation d'hydroxyproline à partir de la proline, ce sur quoi repose la formation d'un collagène efficace sur le plan fonctionnel. Les symptômes du scorbut tels que retard de la cicatrisation, troubles de la croissance osseuse, accroissement de la fragilité vasculaire et trouble de la formation de dentine résultent en fait d'une perturbation de la formation du collagène.

La faiblesse musculaire, autre symptôme de la carence en vitamine C, est mise en relation avec une diminution de la synthèse de carnitine. Il est connu que la carnitine joue un rôle important dans le transport des acides gras dans les mitochondries et, de ce fait, dans la production d'énergie. Pour que s'effectue la biosynthèse de la carnitine, la présence de quantités suffisantes de vitamine C est nécessaire.

La présence d’acide ascorbique dans les glandes surrénales témoigne de son intervention dans la synthèse des catécholamines; la transformation d'adrénaline en noradrénaline dépend en effet de l'acide ascorbique. En outre, la vitamine C protège ces catécholamines de l'oxydation en adrénochrome neurotoxique dans le tissu nerveux.

La vitamine C favorise la synthèse de la cortisone. En cas de carence en acide ascorbique, la libération de glucocorticoïdes est diminuée. Une importante fonction de l'acide ascorbique réside dans la neutralisation de radicaux libres, capables de détruire la membrane cellulaire par peroxydation lipidique. Cette fonction est particulièrement connue au niveau des yeux, où l'acide ascorbique empêche la formation photochimique des radicaux oxygénés qui peuvent léser la rétine.

La vitamine C est nécessaire pour le métabolisme microsomal des médicaments et participe à la détoxification de divers polluants - métaux lourds, pesticides, xénobiotiques - et inhibe la formation de diverses nitrosamines endogènes.

Au niveau du système immunitaire, on a pu mettre en évidence une augmentation de la mobilité des leucocytes grâce à la vitamine C. Chez l'animal, une production accrue d'interféron a été observée; certains indices suggèrent que l'acide ascorbique jouerait également un rôle chez l'homme à cet égard. Un taux suffisant en vitamine C pourrait être nécessaire pour la fonction normale du système immunologique.

Des taux accrus d'histamine dans le plasma ont été enregistrés lors de carence en vitamine C. On suppose donc que l'acide ascorbique intervient dans la dégradation et l'élimination de l'histamine.

En améliorant l'absorption du fer contenu dans les aliments, la vitamine C protège de l'anémie ferriprive.

Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

L'acide ascorbique est absorbé avant tout dans les segments supérieurs de l'intestin grêle via un transport actif dépendant des ions sodium. A des concentrations élevées, l'absorption s'effectue par diffusion passive. Lors de la prise d'une dose orale allant jusqu'à 180 mg environ, 70-90% de la dose sont absorbés. Lors de la prise de 1-12 g, les taux d'absorption passent de 50 à 15% environ, la quantité absolue de substance absorbée ne cessant toutefois d'augmenter.

Distribution

La liaison de l'acide ascorbique aux protéines plasmatiques est de 24% environ. Les concentrations sériques sont normalement de 10 mg/l (60 mmol/l). Des concentrations inférieures à 6 mg/l (35 mmol/l) indiquent que l'apport n'est pas toujours suffisant, tandis que des concentrations inférieures à 4 mg/l (20 mmol/l) montrent que l'apport est clairement insuffisant. Un scorbut manifeste sur le plan clinique va de pair avec des concentrations sériques inférieures à 2 mg/l (10 mmol/l).

Métabolisme

L'acide ascorbique est partiellement métabolisé en acide déhydroascorbique, puis en acide oxalique. En cas d'apport important, l'acide ascorbique est éliminé principalement sous forme inchangée dans l'urine et les fèces. Un autre métabolite, l'ascorbate-2-sulfate, a également été identifié dans l'urine.

Elimination

Les réserves physiologiques de l'organisme sont de 1500 mg environ. La demi-vie d'élimination de l'acide ascorbique dépend du mode d'administration, de la quantité ingérée et de la vitesse d'absorption. Lors de la prise orale de 50 mg environ de vitamine C, la demi-vie est de 14 jours environ; lors de la prise de 1 g, elle n'est que de 13 heures. Lors d'administration i.v. de 500 mg d'ascorbate de sodium, la demi-vie est de six heures environ. La prise d'une quantité inférieure à 1-3 g de vitamine C par jour donne lieu à une élimination essentiellement rénale. A des doses supérieures à 3 g, des fractions de plus en plus importantes sont éliminées sous forme inchangée dans les fèces.

Indications thérapeutiques

Gélules à libération prolongée

Traitement des carences en vitamine C : scorbut et préscorbut.

Posologie et mode d'emploi

Gélules à libération prolongée

Posologie usuelle :

Adultes et adolescents : en cas de carence en vitamine C et d'affections gastro-intestinales associées à des troubles de l'absorption : 500 mg à 1 g/jour.

Absorber la gélule entière avec un verre d’eau. Prendre C-will avant les repas, de préférence le matin ou à midi.

De façon générale, une alimentation équilibrée couvre les besoins en vitamine C. [Besoins journaliers pour éviter une carence en vitamine C (scorbut), selon le NRC 1989 :

  • 0- 6 mois 30 mg

  • 7-12 mois 35 mg

  • 1- 3 ans 40 mg

  • 4-10 ans 45 mg

  • 11-14 ans 50 mg

  • 15 ans et plus 60 mg

  • Femme enceinte 70 mg

  • Femme allaitante jusqu'à 6 mois 95 mg - à partir de 6 mois 90 mg.

Contre-indications

La vitamine C ne doit pas être administrée en cas de :

  • néphrolithiase avec oxalurie à pH urinaire acide ou physiologique

  • hypersensibilité à l'un des composants du produit

  • maladies de surcharge en fer comme l’hémochromatose ou l’hémosidérose.

Effets indésirables

Un effet diarrhéique et/ou diurétique se produit parfois après l'ingestion de doses élevées. A doses élevées (4g/j), comme avec d’autres substances qui acidifient l’urine, il peut exister un risque de lithiase urique. Il existe un risque d’hémolyse, surtout chez les patients déficients en G6PD. Des réactions allergiques ont été rarement rapportées.

Précautions particulières

La prudence est de rigueur en cas de déficience en G6PD, de thalassémie, d’anémie sidéroblastique, d’hémochromatose et d’antécédents de calculs rénaux. Des doses élevées favorisent la formation de calculs d’oxalates.

Influence sur les méthodes de diagnostics :

Chez les diabétiques, la vitamine C peut entraver la mise en évidence du glucose dans l'urine par les tigettes à la glucose oxydase, sans influer sur la glycémie. Avant de procéder à la détermination de la glycosurie, il faut donc interrompre l'apport de vitamine C pendant quelques jours.

Incompatibilités

-

Grossesse et lactation

La vitamine C ne présente aucun risque tératogène.

Interactions

Les contraceptifs oraux détériorent l'équilibre en vitamine C via une oxydation accrue, vraisemblablement par suite d'un taux élevé de céruloplasmine. Les corticostéroïdes intensifient l'oxydation de la vitamine C. La calcitonine entraîne une utilisation plus prononcée. Les salicylés inhibent le transport actif à travers la paroi intestinale.

Les tétracyclines inhibent le métabolisme intracellulaire et la réabsorption tubulaire. L'acide acétylsalicylique, les barbituriques et les tétracyclines augmentent l'élimination de la vitamine C dans l'urine.

La vitamine C favorise l’absorption digestive du fer et il faut être prudent chez les patients qui reçoivent un traitement martial concomitant. Lors de l’administration de fortes doses de vitamine C, l’excrétion urinaire de médicaments faiblement acides, tels les barbituriques, peut être ralentie.

Surdosage

Aucun cas de surdosage n'est connu jusqu'à présent.

Conservation

Gélules à libération prolongée : conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

La date de péremption est indiquée sur l'emballage après les lettres EX; les deux premiers chiffres indiquent le mois, les quatre derniers chiffres indiquent l'année. La date de péremption est le dernier jour du mois indiqué.

Durée de conservation

3 ans

Délivrance

Délivrance libre.

Dernière mise à jour de la notice : 08/2016

Date d’approbation: 09/2016

Téléchargez la notice

notice scientique